wankstyles:

consider this , how the fukc is it september 

kelpls:

SWEATS AS I CONTINUE THIS

Part 1, Part 2 if u wanna read it

darksilenceinsuburbia:

Lucile Chombart de Lauwe

Foyers (urbans) Mongols

Pays en transition, la Mongolie se (re)construit autour de villes et de noeuds urbains, bien loin de l’image d’épinal des grandes steppes. Ce monde en mouvement, guidé par le développement d’une économie de marché et par la multiplication de catastrophes climatiques, marque des ruptures.

Sans opposer nomadisme et sédentarité, Lucile Chombart de Lauwe nous fait partager les transformations, les transpositions et les ajustements des manières d’habiter d’une population s’installant ou déjà installée en ville, au sein de la capitale mongole Oulan-Bator, ou ailleurs. Le passage des grands espaces à la ville surpeuplée, de la tente circulaire et mobile à un habitat angulaire et fixe entraîne des changements de modes de vie qui posent question. Des questions quant aux possibilités d’adaptation des familles à cette nouvelle situation d’habitat et aux notions d’espace collectif et d’espace privé. Des questions également quant à l’entassement des populations dans les « quartiers de yourtes » où les nouveaux arrivants se sentent pourtant isolés. Des questions surtout sur les raisons et les conséquences de l’application d’un modèle urbain occidental et d’une norme qui uniformise les paysages et les cultures.

La ville d’Oulan-Bator (UB) rassemble à elle seule la moitié de la population du pays, plus d’un million d’habitants. Elle se compose de bâtiments modernes accolés à des immeubles à l’architecture héritée de l’urbanisation soviétique et de faubourgs enfumés par l’activité des yourtes. Les trois-quarts de la population de la capitale vivent dans ces quartiers de yourtes où le quotidien s’organise autour d’allers et venues aux kiosques à eau et de l’achat du charbon qui alimente le poêle. D’autres mongols résident dans les logements bâtis en dur au confort inspiré par une certaine conception du “bien-être” à l’occidental. Ici, les conditions d’habitat différentes se mêlent aux cultures locales : des générations peuvent vivre dans le même appartement, des parents dormir avec leurs enfants dans le même lit ou continuer à déplier leur matelas au sol dans un logement qui n’est pourtant plus traditionnel.

C’est en s’attachant au rapport des familles à leur habitat, son utilisation et son environnement que la photographe met en lumière les transformations de la société mongole. À la complexité urbaine de la ville d’Oulan-Bator s’ajoute une mixité économique, sociale et culturelle que reflètent les modes de vie divergents.

Justine Pribetich, sociologue

Website

heliolisk:

this website annoys me on a very deep level but where else will I get my attention

archatlas:

Panfichi Beach House Longhi Architects

otpprompts:

Imagine your OTP giving each other a piggy back ride. But with the bigger/stronger/taller one being the “piggy” on top.

flatbootyvevo:

my anaconda don’t want none unless ur gonna pay my college funds

uuhnnnn my dad makes this annoying crunch/clunk little sound in his mouth and im p sure it’s him clacking around his denture and it triggers my misophonia so bad but i cant point it out because he’s really insecure about his denture

stunningpicture:

A tiny Ruby Throated Hummingbird

nevver:

Just when you thought it was safe to go back in the water… , Aaron Ansarov’s Portuguese Man-of-War

mel always makes me laugh because he’s not a cuddler but whenever i’m home he always has to lay by my head on the couch